Université Paris 8
2 Rue de la Liberté, 93526 Saint-Denis

© Labex Arts-H2H | Mentions légales

6e séance du séminaire "Vidéo des premiers temps"

22 avril 2013
De 17h30 à 20h

BNF, site Richelieu
Salle des Commissions
5 rue Vivienne,
75002 Paris

Projet réalisé par :
Hélène Fleckinger

En collaboration avec :
HICSA (UP1)
IRCAV (UP3)


Le séminaire du groupe de recherches « Vidéo des premiers temps » se propose d’explorer un domaine qui reste à ce jour peu étudié. Dès lors qu’elle est devenue « légère », il y a plus de quarante ans, la technique vidéo a donné lieu à des appropriations diverses, à des usages sociaux et créatifs qu’il convient certainement de ne pas dissocier d’emblée (d’un côté la vidéo militante, de l’autre l’art vidéo) tant ils revêtirent les uns et les autres un caractère expérimental.


Après l’étude des discours autour de l’émergence de la vidéo, le séminaire « Vidéo des premiers temps » consacrera sa sixième séance à un temps de réflexion autour des contributions féministes aux innovations de la vidéo des premiers temps.


Dominique Barbier, monteuse, co-réalisatrice de À notre santé

Anne-Marie Faure, réalisatrice, collectif Vidéa

Josiane Jouët professeure à l’Institut français de presse, co-réalisatrice de À notre santé

Dominique Poggi, sociologue, co-réalisatrice de Manifestation contre la répression de l’homosexualité

Nadja Ringart sociologue, co-réalisatrice notamment de Maso et miso vont en bateau


Dès les débuts du Mouvement de libération des femmes, la vidéo s’impose comme un outil de contre-information et d’agitation directe. Elle devient aussi un instrument stratégique au service d’une quête d’identité individuelle et collective. Extraits de bandes et témoignages seront l’occasion d’éclairer l’apport des féministes comme « productrices » de pratiques, d’usages et de nouvelles formes filmiques, libres et inventives.

***Contact : videodespremierstemps@gmail.com

Labex Arts-H2H

Le Laboratoire d’excellence des arts et médiations humaines est lauréat des Investissements d’avenir depuis 2011. Dans ce cadre, les membres développent des recherches selon trois axes majeurs : situations, technologies, hybridations.

Nous suivre