Université Paris 8
2 Rue de la Liberté, 93526 Saint-Denis

© Labex Arts-H2H | Mentions légales

Bouvard et Pécuchet : archives et interprétation

Porteurs du projet :
Anne Herschberg-Pierrot
Jacques Neefs

En collaboration avec :
Johns Hopkins University
Institut des Textes et Manuscrits modernes
Maison des Écrivains

Présenté sous la forme d’un colloque, ce projet aura pour objet de réfléchir sur le devenir des archives flaubertiennes, sur la dimension philosophique et épistémologique de Bouvard et Pécuchet, sur sa relation à l’histoire des sciences, et sur la fécondité de cette œuvre pour la création contemporaine.

Selon le mot même de Flaubert, cette œuvre inachevée ne prend en effet sa signification que par l’ensemble que constituent le parcours encyclopédique des dix premiers chapitres du roman et le « second volume » du sottisier, laissé en chantier à la mort de Flaubert. Les notes de lecture de l’écrivain, qui lui ont servi à préparer sa fiction encyclopédique, et qui nourrissent les débats de Bouvard et Pécuchet aux prises avec les savoirs de leur temps, étaient en effet destinées en partie à ressurgir à la fin de leur parcours, à la suite des dix chapitres du roman, sous la forme d’un sottisier copié et fabriqué par les personnages.

Écrivain érudit, incluant l’érudition dans la fiction, Flaubert inaugure le modèle des écrivains chercheurs, et du roman encyclopédique, et crée la figure du scribe mélancolique. D’où l’intérêt d’une réflexion qui porte à la fois sur la question des archives et l’interprétation de cette prose de savoirs. Quel type de connaissance critique et d’interrogation ouvre en son temps et porte jusqu’à nous la prose « comique » que Flaubert a tentée ? Quelle mémoire l’œuvre construit-elle de sa propre histoire, de ses propres archives ? Quels possibles de la littérature cette œuvre « érudite » découvre-t-elle ?

L’originalité du colloque sera de proposer une réflexion sur les archives et leur interprétation, en centrant l’interrogation autour de la dimension philosophique et épistémologique de l’écriture flaubertienne à travers l’ensemble du roman et de ses dossiers. d’autre part, est de s’ouvrir à la création contemporaine dans le prolongement des travaux qui ont été menés au séminaire Flaubert (Paris 8, ITEM, ENS), et à la publication, sous la direction d’Anne Herschberg Pierrot, d’un numéro de revue dédié à la lecture de Flaubert par des écrivains contemporains (Œuvres critiques, XXXIV, juin 2009) et récemment, en janvier 2012, d’un volume, Flaubert, l’empire de la bêtise, consacré en grande partie à Bouvard et Pécuchet, qui croise des textes de critiques et d’ écrivains.

La nouveauté de ce projet tient ainsi à la transversalité des regards portés sur les archives et la création littéraire, mais aussi à la transversalité des partenariats. Le colloque associera des conservateurs de la Bibliothèque nationale de France et des Archives nationales, des spécialistes internationaux de la critique et de la génétique flaubertienne, des philosophes et des historiens des sciences, et des écrivains pour qui l’œuvre Bouvard et Pécuchet importe à leur activité de création.

***©Phillips Collection, Washington

Labex Arts-H2H

Le Laboratoire d’excellence des arts et médiations humaines est lauréat des Investissements d’avenir depuis 2011. Dans ce cadre, les membres développent des recherches selon trois axes majeurs : situations, technologies, hybridations.

Nous suivre