Université Paris 8
2 Rue de la Liberté, 93526 Saint-Denis

© Labex Arts-H2H | Mentions légales

De MaxFeed à Radio Net - Les projets radio de Max Neuhaus

Séminaire de recherche

Vendredi 17 janvier 2014
De 15h à 17h30

Espace YGREC
20 rue Louise Weiss
75013 Paris
Métro Chevaleret (ligne 6)

Entrée sur inscription à : info@mediamediums.net


Cette séance animée par Anne Zeitz, doctorante en esthétique des nouveaux médias, sera l’occasion d’aborder les travaux de Max Neuhaus.


Exerçant en tant que percussionniste, notamment pour John Cage et Karlheinz Stockhausen, Max Neuhaus se concentre dès 1966 sur des productions d’objets, de promenades, d’installations et de plateformes d’échange sonores. Si le petit objet électronique Max-Feed de 1966 insiste encore sur des mécanismes de brouillage des radio-fréquences, Neuhaus se tourne rapidement vers le potentiel d’échange que ce médium représente. Il réalise dès lors des projets pour et avec des stations de radio locales et nationales, tels que Public Supply (1966-1973) et Radio Net (1977), en liant leurs réseaux à des lignes téléphoniques. Ces expériences acoustiques anonymes et collectives s’insèrent dans un intérêt de Neuhaus pour la dimension sociale du médium de la radio et du téléphone. En rapprochant ces médias, Neuhaus s’efforce de donner « l’impulsion et les moyens pour un échange sonore international – un forum pour un échange verbal et acoustique à un niveau global, une communauté d’écoute mondiale » (Max Neuhaus, « Audium. Projekt für eine Welt als Hör-Raum », in Edith Becker et Peter Weibel, ed. Vom Verschwinden der Ferne. Telekommunikation und Kunst, Köln, DuMont, 1990) dont les enjeux seront exposés ici.


Anne Zeitz est doctorante dans l’équipe Esthétiques des Nouveaux Médias à l’Université Paris 8. Elle organise le projet d’exposition et le cycle de films Mouvement-observation-contrôle pour le Goethe-Institut en 2007 et est diplômée d’un Master intitulé "Le point aveugle de la surveillance". Ses recherches portent sur les mécanismes de l’observation et de la surveillance et la façon dont ceux-ci se manifestent à travers des productions artistiques, littéraires et cinématographiques depuis les années 60. C’est en particulier sur les artistes effectuant des « contre-observations » d’instances de la surveillance ainsi que les comportements que ce renversement de la relation d’observation engendre, qu’elle se concentre actuellement.

Labex Arts-H2H

Le Laboratoire d’excellence des arts et médiations humaines est lauréat des Investissements d’avenir depuis 2011. Dans ce cadre, les membres développent des recherches selon trois axes majeurs : situations, technologies, hybridations.

Nous suivre