Université Paris 8
2 Rue de la Liberté, 93526 Saint-Denis

© Labex Arts-H2H | Mentions légales

Magie & philosophie

Colloque

24 et 25 novembre 2016

ENS Louis Lumière
20, rue Ampère
93200 La Plaine Saint-Denis

Métro : Carrefour Pleyel (ligne 13)


Dans la conférence "Science, magie et philosophie", Eric Weil, refusant de reléguer la magie dans le passé, soutient que « non seulement, la magie n’a pas disparu de notre monde ; au contraire, elle y joue un rôle d’une force déterminante ». Ceci est également vrai de toutes les époques où magie et philosophie ont coexisté sur les scènes de la pensée.


En apparence, l’affaire semble entendue : la philosophie, depuis le logos grec, n’a cessé de dissiper, par le gouvernement de la raison, les pratiques magiques comme archaïques et fumeuses. Si, comme Henri Bergson le note à l’autre bout de l’histoire de la philosophie (Les Deux Sources de la morale et de la religion), la magie est aussi indissociable de la condition humaine, elle n’est jamais une connaissance, seulement une rébellion de l’homme contre le tarissement de son désir ritualisant des émotions violentes par des pratiques tolérées.


Nous désirons suivre ici la piste antipodale : celle, non seulement d’une rationalité des pratiques magiques, mais aussi d’un nœud interparadigmatique entre philosophie et magie – les magies (car elle sont plurielles) –, la première empruntant certaines de ses procédures heuristiques ou méthodologiques à l’épistémè de la seconde, et dans l’idée qu’un phénomène inverse, un effet de retour, de la philosophie vers la magie, soit également tout à fait envisageable. Le Moyen Âge et la Renaissance en sont des territoires privilégiés.


Mais une interaction symbiotique entre philosophie et magie – et aussi science et magie, art et magie – ne saurait concerner que ce passé plus ou moins lointain, et ce sont aussi des actualités de la magie pour la pensée qu’il faudra questionner.

Labex Arts-H2H

Le Laboratoire d’excellence des arts et médiations humaines est lauréat des Investissements d’avenir depuis 2011. Dans ce cadre, les membres développent des recherches selon trois axes majeurs : situations, technologies, hybridations.

Nous suivre