Université Paris 8
2 Rue de la Liberté, 93526 Saint-Denis

© Labex Arts-H2H | Mentions légales

Maxime Boidy

Contrat post-doctoral 2015

Projets : Francfort-Birmingham, Photographie sociale et documentaire des années 1930

Maxime Boidy est docteur en sociologie de l’Université de Strasbourg. Sa thèse, soutenue en 2014, porte sur la culture visuelle et l’iconographie politique du black bloc. Il a notamment co-traduit, édité et préfacé plusieurs ouvrages de W.J.T. Mitchell, parmi lesquels Iconologie : image, texte, idéologie (Les Prairies ordinaires, 2009) et Que veulent les images ? Une critique de la culture visuelle (Les Presses du réel, 2014). Ses travaux actuels portent sur l’histoire intellectuelle des savoirs visuels, ainsi que sur les esthétiques de la représentation politique.

Le post-doctorat de Maxime Boidy consiste à mener une recherche d’épistémologie et d’histoire des idées sur les relations différées qu’entretiennent les Cultural Studies et l’École de Francfort dans le champ de la théorie visuelle anglo-américaine à partir des années 1980. Sa recherche vise plus précisément à clarifier les origines et les enjeux des controverses intervenues autour de l’essor du paradigme de la « Visual Culture » durant les années 1990 dans le champ de l’histoire de l’art.

Le post-doctorat de Maxime Boidy est rattaché à deux projets du Labex Arts-H2H. Il vise principalement à ouvrir les réflexions du projet « Francfort-Birmingham » aux savoirs de l’image anglo-américains. Il s’attache également à interroger les formes d’organisation démocratique de la culture visuelle qui orientent les recherches du projet « Photographie sociale et documentaire des années 1930 ». Cet axe de réflexion fait l’objet d’un séminaire qu’il coordonne, intitulé « Pour une iconographie politique des dominé(e)s », co-organisé à l’Université Paris 8 par le LabToP-CRESPPA (UMR 7217) et le CEMTI (EA 3388) avec le soutien du Labex Arts-H2H.


Contact : maxime.boidy@live.fr
Labex Arts-H2H

Le Laboratoire d’excellence des arts et médiations humaines est lauréat des Investissements d’avenir depuis 2011. Dans ce cadre, les membres développent des recherches selon trois axes majeurs : situations, technologies, hybridations.

Nous suivre