Université Paris 8
2 Rue de la Liberté, 93526 Saint-Denis

© Labex Arts-H2H | Mentions légales

Colloque : Mythe, fortune et infortune de la Bohème

Les 6 et 7 décembre 2012

Grand Palais
Auditorium

Projet réalisé par :
Ségolène Le Men

Organisé dans le cadre de l’exposition Bohèmes, au Grand Palais (26 septembre 2012 - 14 janvier 2013)

Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles


Le colloque Mythe, fortune et infortune de la bohème, préparé à l’occasion de l’exposition Bohèmes (Galeries nationales du Grand Palais, 26 septembre 2012-14 janvier 2013), en prolonge les mises en relations inédites entre les deux acceptions du mot, et les questions posées à propos du concept de bohème artistique qui s’est forgé au milieu du XIXe siècle, entre romantisme et réalisme, avant de donner lieu à maintes réinterprétations. Le terme cristallise un ensemble de transformations du statut de l’artiste qui s’opèrent alors. A travers la littérature et la presse, la bohème, évocatrice de liberté, d’errance, mais aussi de misère et de marginalité, acquiert très vite une popularité immense ; elle pénètre l’imaginaire collectif, nourrit l’opéra, le cinéma, la chanson jusqu’à devenir l’un des premiers mythes modernes, non sans croiser les stéréotypes des représentations des bohémiens, perçus comme insaisissables, habiles, initiés à d’inaccessibles secrets, et surtout irréductibles à la norme, ce qui trouble, provoque, enchante nos sociétés sédentaires.


Depuis une vingtaine d’années, des travaux portant sur des champs extérieurs à l’histoire des arts comme l’histoire des marginalités, des migrations, des nomades, ont renouvelé l’analyse de ce phénomène. Le mythe de la bohème s’inscrit désormais dans l’histoire, infiniment plus riche et plus complexe, du rapport des peuples européens à la nation rome. Apparu au début du XVe siècle en Occident, le bohémien devient un personnage de légende et un sujet de prédilection pour les artistes. Ses apparitions et disparitions soudaines alimentent le fantasme d’une vie sans attache, sans règle, intense et sensuelle.


Le colloque s’interrogera, dans une perspective internationale et transdisciplinaire, sur ces thématiques, leurs antécédents possibles, et les multiples reprises et réécritures ou images (affiches, illustrations, etc.) des Scènes de la vie de bohème de Henry Murger, dans les langages artistiques (peinture, gravure, littérature, musique, théâtre et opéra). Il s’intéressera aussi aux mythes de la vie d’artiste et aux variations des figures de la bohème introduites par le croisement avec le bohémianisme, qu’évoque la formule de Courbet sur « la grande vie vagabonde du bohémien ».

Labex Arts-H2H

Le Laboratoire d’excellence des arts et médiations humaines est lauréat des Investissements d’avenir depuis 2011. Dans ce cadre, les membres développent des recherches selon trois axes majeurs : situations, technologies, hybridations.

Nous suivre