Université Paris 8
2 Rue de la Liberté, 93526 Saint-Denis

© Labex Arts-H2H | Mentions légales

Quel être-ensemble au théâtre aujourd’hui ?

Journée d’étude

Vendredi 23 janvier
De 9h à 18h

Université Paris 8
Salle D 002
2, rue de la Liberté
93526 Saint-Denis

Entrée libre


Si le théâtre contemporain excelle à représenter la réduction de l’individu contemporain à des « figures », des performeurs ou des acteurs sans partition, il est plus frileux quand il s’agit d’affronter les questions de l’être-ensemble. Cela tient peut-être aux racines mythiques de la notion de communauté elle-même : qui semble indissociable d’une essence et d’une intériorité, qui garde de fortes connotations religieuses, quand ce ne sont pas des références totalitaires qui sont éveillées. Raisons pour lesquelles Jean-Luc Nancy s’est demandé si la communauté n’était pas quelque chose qui se partageait plutôt qu’elle ne se construisait (normativement) ; se résolvant progressivement à abandonner le terme pour privilégier les expressions plus ternes de « l’être-ensemble », ou de « l’être-avec ». Mais le théâtre et les autres arts performatifs ne constituent-ils pas un lieu privilégié pour réfléchir « l’être-avec », voire l’expérimenter ?


Depuis de nombreuses années, les arts plastiques, la performance et la danse explorent les registres de la participation, et s’hybrident de plus en plus. Le théâtre multiplie également en lien avec la performativité les expériences de choralités, de participation, d’immersion, ou alors il fictionnalise le spectateur.


Cependant les principaux chercheurs en arts et en esthétique remettent en cause aujourd’hui tout ce qui relève de la participation. Pour J. Rebentisch et C. Bishop, l’art performatif le plus avancé aujourd’hui réfléchit la participation comme problème, non comme solution. En effet, la mise ensemble de singularités donne rarement lieu à un être ensemble. A quoi bon être ensemble si la participation est manipulée ? Si l’immersion ne ressort que de l’instant ? Si la participation n’est pas guidée par un projet ?


Les travaux artistiques ont tenu compte de ces critiques et les questions doivent donc être reposées au vu des expériences menées. Par ailleurs, on assiste à de nouveaux champs d’études qui changent fondamentalement les conditions de l’analyse : études de spectateur, nouvelles études sur l’espace, neurosciences, études interdisciplinaires sur la convivialité ou l’économie attentionnelle…


Enfin, la question de l’être-avec est inséparable pour Jean-Luc Nancy de l’être politique, et des chercheurs de renom reposent ainsi la question du caractère politique et social de l’art tendu vers l’être-en-commun, notamment N. Müller-Schöll, Performing politics, et S. Jackson, dans son livre Social Works. Ces ouvrages semblent indiquer que les arts performatifs qui joignent poïen et praxis, peuvent être des laboratoires de la pensée voire de l’action communes.


Au regard de ces nouvelles thèses, et des expériences menées qui problématisent la participation, qui ont contribué à l’émergence des importants champs de recherche nommés ci-dessus, quelles peuvent être aujourd’hui les pratiques artistiques performatives qui, à défaut d’utopies, raviveraient un être-ensemble par-delà l’événement artistique ? Ce questionnement doit d’abord être théorique et méthodologique. En effet, étudier les démarches en danse, théâtre et performance exige aussi d’approfondir les nouvelles approches épistémologiques : comment aborder ces régimes de participation, d’esthétiques relationnelles, d’interpellation, de social work dans des œuvres qui plus est souvent hybrides ?

Labex Arts-H2H

Le Laboratoire d’excellence des arts et médiations humaines est lauréat des Investissements d’avenir depuis 2011. Dans ce cadre, les membres développent des recherches selon trois axes majeurs : situations, technologies, hybridations.

Nous suivre