Université Paris 8
2 Rue de la Liberté, 93526 Saint-Denis

© Labex Arts-H2H | Mentions légales

Séminaires inter-universitaires sur la critique

Décembre 2016 - juin 2017

De 18h à 20h

Reid Hall, Columbia University
Salle 314, à côté de la bibliothèque
4 rue de Chevreuse
75006 Paris
Métro : Vavin (ligne 4)

ENS
Salle Celan
45 rue d’Ulm
75005 Paris
Métro : Plage Monge (ligne 7)

Cinémathèque Française
51 rue de Bercy
75012 Paris
Métro : Bercy (lignes 6 et 14)


Marc Cerisuelo : "France-USA :la reconnaissance du cinéma populaire ; éblouissements critiques croisés"


Jeudi 8 décembre 2016 - Columbia University
L’articulation entre politique des auteurs et cinéma populaire par le truchement du cinéma de genre est à la fois un fait bien connu (le seul nom d’Hitchcock résume une telle problématique au sein de la critique cinématographique française) et tout autant méconnu. La source d’une telle méconnaissance peut prendre différentes formes : une conception contemporaine figée de l’auteur conçu en opposition avec le cinéma populaire ; ou, de façon plus positive, un intérêt pour le cinéma qui n’ "intègre" pas (en tout cas pas de façon centrale ou initiale ou permanente) la question de l’auteur. La séance sera consacrée au versant ensoleillé et généreux d’une telle attitude de reconnaissance à l’égard du cinéma populaire chez des penseurs américains contemporains des critiques français du milieu du vingtième siècle : Robert Warshow, James Agee, Erwin Panofsky, Stanley Cavell et Manny Farber.

Cécile Sorin : La critique belge ou la leçon de choses


25 janvier 2016 - ENS
Peu étudiée, en interaction forte avec la critique française, la critique belge des années 50 se singularise par des activités variées, ayant pour point commun de mettre l’expérimentation au cœur de la valorisation du cinéma. La figure de Jacques Delcorde, critique et scénariste, permettra de dessiner les contours d’une écriture marquée par ces pratiques et le milieu artistique bruxellois d’après-guerre.

Valérie Vignaux : L’Ecran français : une histoire de la pensée critique ou le cinéma un acteur social


22 février 2016 - Cinémathèque Française
L’histoire de la critique à partir des revues est le lieu d’une possible histoire de la pensée du cinéma. Mais comment opérer et surtout quel type d’historiographie conduire ? Ainsi, en replaçant L’Ecran français (1943-1952) dans un ensemble de périodiques auquel il est lié, en ces lendemains de Seconde Guerre, tels Ufocel informations (1946-1951), les Bulletins de l’IDHEC (1946-1948), la Revue internationale de l’Institut de Filmologie (1947-1962) ou Ciné-Club (1948-1953), on s’attachera à partir d’une histoire « en réseau » à restituer les spécificités d’une pensée du cinéma comme acteur social, tout en interrogeant les mutations qui s’opèrent alors.

Ludovic Cortade, NYU


1er mars - salle des conférences de l’ENS
Elie Faure, penseur du cinéma et de la société : connu pour sa réflexion sur l’histoire de l’art, Elie Faure (1873-1937) a exercé un rôle important dans l’histoire de la réflexion sur le cinéma dans la première moitié du XXe siècle. Nous nous interrogerons sur la façon dont le cinéma constitue pour lui un vecteur universel de cohésion sociale par le truchement de la forme afin d’ « agir sur la transformation esthétique et sociale de l’homme ».

Marielle Macé, EHESS, CRAL


7 juin - EHESS, Salle 13, 6e étage
« On témoigne d’événements, de faits, d’histoires, mais on documente des formes de vie. On témoigne de quelque chose qui survient, mais on documente quelque chose qui persiste, circule, se perd, se transforme, revient ; des gestes, des régimes d’existence et de relations, des habitudes, des habitats, des modes de l’exister […] Sur la scène du jugement, le témoignage fait comparaître des actes et des personnes (et des armées, et des nations) ; sur la scène du jugement, le documentaire fait comparaître des formes de vie et ceux qu’elles rassemblent ou qu’elles divisent, ceux qui les habitent ou qu’elles quittent. » (« Petit éloge du documentaire », Styles. Critique de nos formes de vie, Paris, Gallimard, 2016, p. 310-311)
Labex Arts-H2H

Le Laboratoire d’excellence des arts et médiations humaines est lauréat des Investissements d’avenir depuis 2011. Dans ce cadre, les membres développent des recherches selon trois axes majeurs : situations, technologies, hybridations.

Nous suivre