Université Paris 8
2 Rue de la Liberté, 93526 Saint-Denis

© Labex Arts-H2H | Mentions légales

Simondon, Deleuze, Guattari et l’écologie du son

Colloque international

17 et 18 octobre 2014

Université Paris 8
Salle G-2
2, rue de la Liberté
93200 Saint-Denis

Métro Saint-Denis Université (ligne 13)


La musique a frayé la voie avec l’écologie sonore, qui ouvre le son sur son milieu technique et social d’individuation. Car les révolutions techniques du son, décisives à partir du XIXe siècle et de la mutation décisive que produit l’invention (technique autant qu’artistique, – techno-esthétique) de l’enregistrement, du haut-parleur, de la synthèse montrent que l’art ne peut plus être considéré indépendamment de son moment technique.


Nous nous proposerons d’examiner le lien entre une philosophie de la technique comme celle de Simondon et une philosophie de l’art, comme celle que proposent Deleuze et Guattari, en lien avec les récentes études sur l’écologie sonore menées par Makis Solomos et avec les dispositifs créateurs des compositrices et compositeurs (Sivio Ferraz, Pascale Criton). Si en effet on cesse de séparer l’artistique et le technique, en tenant l’art pour une transformation sensori-motrice des sensibilités, il prend la dimension d’une véritable écologie des cultures.


Or, c’est bien ainsi que l’entend Guattari, liant les ritournelles sociales à une philosophie de la musique qui trouve son prolongement dans Les trois écologies, faisant de l’écologie non plus l’affaire de la préservation d’une nature séparée des cultures humaines, mais d’une triple dimension solidaire, mentale, sociale autant qu’environnementale, pli d’individuation vitale et techno-sociale, qui donnent aux arts une portée écologique sociale.


Ce colloque explorera ces conditions expérimentales, en donnant la parole aux musicologues, compositrices et compositeurs, aux philosophes mais aussi aux jeunes chercheurs qui travaillent aujourd’hui sur ces penseurs, Simondon, Deleuze et Guattari.

Labex Arts-H2H

Le Laboratoire d’excellence des arts et médiations humaines est lauréat des Investissements d’avenir depuis 2011. Dans ce cadre, les membres développent des recherches selon trois axes majeurs : situations, technologies, hybridations.

Nous suivre