Université Paris 8
2 Rue de la Liberté, 93526 Saint-Denis

© Labex Arts-H2H | Mentions légales

Surréalisme et arts premiers

Workshop

10 et 11 octobre 2016

Hôtel de Lully
45, rue des Petits Champs
75001 Paris

Métro : Pyramides (ligne 7 ou 14)


Les objets « sauvages », autrement dit les artefacts de l’art dit « primitif », en provenance d’Océanie, d’Afrique ou d’Amérique du nord, ne prirent pas seulement une place centrale dans l’esthétique surréaliste, mais aussi au sein des collections des artistes et poètes du mouvement. Car au-delà de leur dimension magique et fétichique, ces objets ont toujours possédé une valeur concrète en termes de vente et d’échange.


Pourtant, la recherche ne s’est jusqu’ici quasiment pas intéressée à cet aspect matériel de la fascination des artistes, collectionneurs et marchands du surréalisme pour les arts premiers, tant il semble paradoxal que ce soient précisément les surréalistes qui aient contribué à la commercialisation de ces mêmes objets auxquels ils attribuaient, de par leur idéologie, des qualités d’images surréalistes.


L’analyse des collections d’art primitif des poètes et artistes de ce courant nous permet cependant d’identifier les liens étroits qui unissaient ici l’art et la vie. Il apparaît en outre que la vente et la distribution de l’art surréaliste ont massivement bénéficié de l’engouement des marchands de l’époque pour l’art de peuples indigènes. C’est seulement lorsqu’on interroge les rapports entre les recherches et présentations d’objets ethnologiques, d’une part ; et les développements révolutionnaires du surréalisme, d’autre part, que s’éclaire la façon dont s’est défini le surréalisme : une avant-garde internationale s’inscrivant dans un échange dialectique avec les arts anciens du monde entier.


Simone Breton dans son appartement qu’elle partage avec André Breton au 42, rue Fontaine, 1921 © droits réservés

Labex Arts-H2H

Le Laboratoire d’excellence des arts et médiations humaines est lauréat des Investissements d’avenir depuis 2011. Dans ce cadre, les membres développent des recherches selon trois axes majeurs : situations, technologies, hybridations.

Nous suivre