Université Paris 8
2 Rue de la Liberté, 93526 Saint-Denis

© Labex Arts-H2H | Mentions légales

Victor Moisan, Jeu vidéo et puissances de la distraction

Mercredi 2 mai 2018, 10h-13h
Cinéma l’écran
(Saint-Denis )


Expérience d’évasion qui nous distrait potentiellement du réel, la pratique du jeu vidéo est souvent assimilée à un dispositif d’aliénation. Il s’agira de questionner cette idée commune, tout en essayant de savoir comment, par contraste, l’univers vidéo-ludique favorise une émancipation par le virtuel. Aussi, l’accoutumance que le joueur développe envers les interfaces de jeu peut représenter un atout pour celles et ceux qui souhaitent naviguer dans les régimes contemporains d’images avec liberté et assurance, attentifs à une folle ubiquité que des oreilles ou des yeux d’hier auraient bien du mal à intégrer. Du smartphone au musée, de la maison au stade, le jeu vidéo serait-il devenu un nouvel art des masses, reflet du « désordre de la société » dont parlait Siegfried Kracauer dans les années 1920 ? Subversif, le média s’est cependant normalisé selon des systèmes finement calibrés par ses concepteurs. Stimuli, mécaniques d’apprentissage, transactions et récompenses rejouent nos rituels d’individus modernes, en particulier vis-à-vis du travail, mais sur un mode en apparence distrayant. Le jeu vidéo se voit ainsi instrumentalisé par des intentions capitalistes. Sa pratique oscille entre aliénation et émancipation, paradoxe qui peut se résoudre par le recours à une politique de l’immersion – c’est-à-dire, d’abord, par l’examen de la place accordée au joueur au centre de l’expérience.


Victor Moisan écrit sur le jeu vidéo et le cinéma. Il participe ou a participé aux revues Carbone, Games, JV, et a publié de nombreuses analyses sur le jeu vidéo pour les sites Merlanfrit, Gamekult, ou encore Le Monde-Pixels. Il prépare actuellement un ouvrage critique consacré à The Legend of Zelda et intitulé Ocarina of Time, le jeu vidéo au-delà des symboles (éd. Carbone, 2018). Victor Moisan enseigne et vit à Kyoto depuis 5 ans.


Atelier organisé par Dork Zabunyan.
En partenariat avec :
Labex Arts-H2H, ESTCA (Paris 8).
Cet atelier s’inscrit dans le cadre du projet Arts-H2H intitulé « Politiques de la distraction », porté par Paul Sztulman (ENSAD) et Dork Zabunyan (ESTCA, Paris 8).


Informations pratiques :
Cinéma L’Ecran – 10h-13h
14 passage de l’Aqueduc
93200 Saint-Denis
Métro : Saint-Denis Basilique (ligne 13)
Entrée libre dans la limite des places disponibles

Labex Arts-H2H

Le Laboratoire d’excellence des arts et médiations humaines est lauréat des Investissements d’avenir depuis 2011. Dans ce cadre, les membres développent des recherches selon trois axes majeurs : situations, technologies, hybridations.

Nous suivre